FruitCollect cueille les fruits en trop pour les offrir

163
Fruit Collect

Il n’y a pas longtemps, on t’avait parlé de FleetFarming, l’initiative américaine qui fait pousser des légumes chez les particuliers. Aujourd’hui, c’est en Belgique. Je te présente l’initiative FruitCollect.

téléchargement

Nous avons posé la question à Steve Jobs, sa réponse est arrivée hier. Quoi ? Et bien, figure-toi que sa mort est un complot, en fait, maintenant, il bosse chez Microsoft (mais nos sources ne sont pas fiables)

Des arbres fruitiers dans les jardins, il y en a des tas. Je me souviens que mon grand-père, pionnier écolo et apiculteur, adorait s’occuper d’arbres et réaliser de nouvelles variétés par la greffe. La greffe, c’est comme pour un organe, on prend une petite branche d’un arbrisseau que l’on « soude » avec un tronc déjà plus développé. Le but c’est d’obtenir un autre arbre que celui d’origine, et parfois une autre variété de fruits. Du coup, il donnait ses arbres à tout le monde. Il possédait aussi des terrains avec des arbres fruitiers, et nous allions récolter des pommes. Il y’a un seul problème avec le fait d’être propriétaire d’arbres fruitiers : la quantité ! Un pommier d’une assez bonne taille donne environ 150 kg de fruits. Soit environ 1000 pommes. 1000 pommes, c’est beaucoup ! Même une partie en jus et en compote, c’est encore trop pour une famille. Et mon grand-père avait plein d’arbres fruitiers : prunes, cerises, groseilles, mures, myrtilles, fraises, etc. Même si ma grand-mère avait le super-pouvoir d’en faire de la confiture, la récolte de l’année allait généralement rejoindre le grenier sous forme de conserve avec la récolte des deux années précédentes qu’ils n’avaient pas réussi à manger et à distribuer gratuitement. Ils étaient commerçants, c’est peu dire si c’était trop !

via GIPHY

Du coup, de nombreux jardins sont dans cette situation-là. Chez toi, ton voisin ou tes grands-parents, il y’a probablement un arbre fruitier que personne ne récolte, parce que l’air de rien c’est un fameux job, et tout le monde n’est pas physiquement en mesure de le faire. Tout le monde n’a pas une machine à secouer les arbres.

via GIPHY

FruitCollect, dis-nous tout !

C’est une ASBL Belge, animée par 6 jeunes pleins de talents (qui possèdent des échelles, des paniers et une volonté d’aider plein de gens gratuitement). Maxime Niego, Amélie Rose, Augustin Jacobs, Alicia Gobarts, Gaëtan Bucken et Hélène Bastien, une équipe bien équilibrée, tout ce qu’il faut pour monter sur une échelle en somme (pardon pour le jeu de mots, je ne le ferai plus promis) ils ont commencé l’an dernier, et ils remettent le sécateur (le couvert ce n’est pas approprié) avec la volonté de s’étendre un peu plus. L’objectif : démarcher les particuliers qui ont des fruits inutilisés, les récolter en entier (ou en partie, tu peux quand même garder des fruits pour toi) et les distribuer aux plus démunis : Sans-abris, IPPJ, Homes de personnes âgées défavorisées, Oxfam, assoc’ de quartier. Tout dépendra de la récolte et de toi en somme.

Une fois que tout est distribué, s’il en reste de trop, l’excédent est transformé en jus et vendu au profit de l’ASBL afin de financer du matériel supplémentaire.

« Certains nous ont dit que notre projet ne fonctionnerait pas, car les gens, même dans le besoin, ne mangent pas les fruits qui ne sont pas tout ronds, tout beaux, tout brillants comme la pomme de Blanche Neige. De fait, au début, c’était un flop, on a dû jeter. Puis, on est venu les cuisiner dans les associations et là, ils ont compris ». (Extrait La Libre 06/07/2016)

11953269_958000227598389_2171821137018703897_n

Fruit Collect

Comment les aider ?

Et bien y’a plein de façon, la plus simple étant de mettre ton arbre à disposition. Mais si ça te dit, tu peux aussi à la récolte, diffuser l’info, en parler autour de toi, offrir du matériel si tu diriges ton entreprise (en plus tu peux le déduire), faire un don. Pour tout ça, je t’invite à voir leur site, y’a vraiment toutes les infos utiles.

www.fruitcollect.be

Calendrier Fruit Collect ©
Calendrier Fruit Collect ©