Un monde de plus en plus connecté

151
Amazon Fresh Livraison Monde connecté

Je me souviens quand le service était terminé, il fallait soit téléphoner ou faxer au fournisseur la commande de marchandises pour le lendemain ou pour la semaine. Ou c’était lui qui appelait en plein service.

Aujourd’hui, les smartphones, les tablettes ont envahi nos vies. De petits appareils surpuissants, légers, bons à tout faire et qui servent aussi à… téléphoner. Mais surtout, ils nous lient à ce monde de plus en plus connecté. Ils savent beaucoup et nous permettent de tout faire. Même du commerce… Connecté est désormais un maître mot. Il faudra, et il faut déjà, être connecté. Au monde qui nous entoure, aux nouvelles habitudes et celles qui vont émerger, et ce sont bien les nouvelles technologies qui le permettent. Qui, aujourd’hui, n’a pas adopté le téléphone mobile ? Qui n’en apprécie pas les fonctionnalités, la liberté et le champ des possibles qu’ouvre ce simple petit appareil ? Idem pour le commerce connecté : demain, tout le monde s’y sera mis, sans  grand effort, sans s’en rendre compte. Et c’est par ce terminal que passera pour partie le commerce connecté.

via GIPHY

Pour autant, demain sera multicanal. Commerces et marchés traditionnels, vente en ligne et produits locaux de proximité livrés à domicile, tout devra et pourra cohabiter. L’un ne cherche pas à nuire à l’autre. Chacun sa place, sa fonction, sa mission. Reste que le point commun de tous ces mondes devra être l’adoption des nouvelles technologies. Les applications sont déjà légion, les sites multiples et les acteurs‐créateurs de plus en plus nombreux. Regardez les start-ups : elles poussent et grandissent comme champignons après la pluie et rivalisent de créativité et d’inventivité. Elles ouvrent des portes, anticipent ce que sera demain et tentent de répondre aux attentes des professionnels et des consommateurs. Ce sont eux en dernier ressort qui demandent toujours plus de proximité, de rapidité, de souplesse mais aussi de sécurité. En fait, la frontière entre magasin réel et boutique en ligne tend à disparaître et les différentes façons d’acheter ne font que se développer.

En progression constante

Les achats en ligne alimentation, vins, épicerie fine et drive sont en progression constante et rapide. Beaucoup  d’internautes achètent désormais de l’alimentation et des produits de grande consommation en ligne et cette habitude d’achat se place même devant les achats en ligne de jouets ou d’équipements automobiles. Ces achats en ligne sont livrés au domicile de l’acheteur.

Un gain de productivité

Les points de vente de demain seront connectés, c’est certain. Preuve du caractère irréversible de ces nouvelles façons de faire du commerce. Google va mener un essai à San Francisco et proposer un nouveau service pour offrir des produits frais, y compris les fruits et légumes. Amazon n’est pas loin avec AmazonFresh, un service de livraison en ville, toujours à San, Francisco, et Uber possède déjà un service de livraison de restaurants dans certaines villes américaines et travaille sur un programme de livraison en magasin.

via GIPHY

Tous les grands observateurs confirment cette tendance lourde. Selon le BIT, le Bureau international du Travail, l’utilisation des nouvelles technologies dans le commerce de détail sera l’un des principaux facteurs de gains de productivité dans le secteur. Et de mettre en avant l’identification par radiofréquence (RFID : « Cette technologie permet la transmission sans fil d’informations relatives au produit telles que le prix, le fabricant, la date d’expiration et le poids, via les ondes radio. La raison déterminante de la mise en place de la RFID dans la chaîne logistique est l’identification automatique et simultanée des produits au lieu d’être obligés de scanner chaque article séparément. Ce qui permet aux détaillants et à leurs fournisseurs d’améliorer productivité et compétitivité. Parmi les autres avantages se trouve une meilleure sécurité alimentaire grâce à une capacité renforcée de tracer le bétail, d’accéder à l’information et de lutter contre les produits de contrefaçon ».

Le champ des possibles

Si l’avenir sera encore plus connecté, encore plus inventif, le présent fait déjà très fort. D’autres traductions concrètes de ce qu’apportent les nouvelles technologies laissent apparaître des solutions originales et pouvant répondre à une vraie demande. Ainsi en est‐il par exemple de ces distributeurs automatiques de produits frais et locaux. Des grandes enseignes ont leur application : Carrefour, Auchan, Colruyt, Delhaize,…vous commandez vos courses par Internet et elles sont préparées. Il y a aussi GASAP (Groupes d’Achat Solidaires de l’Agriculture Paysanne) qui permet de soutenir des producteurs locaux travaillant selon des méthodes respectueuses de l’environnement et des savoir-faire traditionnels. Les clients peuvent soit acheter un panier présent dans un casier, soit composer eux même leur panier en passant commande sur Internet.

Les produits sont variés, des fruits et légumes, des œufs mais aussi produits transformés comme des confitures, des jus et des soupes.

via GIPHY

Autre illustration de cette diversité avec les Nouveaux fromagers. Il s’agit du premier site à proposer un abonnement mensuel à une sélection de fromages. Les abonnés reçoivent une  sélection de quatre fromages mêlant des produits reconnus et des découvertes. Les fromages sont placés dans une boite isotherme permettant de maintenir une température entre 4°C et 8°C pendant toute la durée de la livraison. L’enseigne offre la possibilité de s’abonner sans engagement, pour 6 ou 12 mois et deux types de livraison sont possibles : la livraison à domicile payante ou le retrait gratuit de la box dans une des  boutiques partenaires. Toutes ces innovations ont pour point commun l’utilisation des technologies les plus avancées.

Et cela va même très loin… Mumm vient de présenter la bouteille de champagne connectée ! Le concept : à l’instant où est extrait le bouchon de la bouteille, un capteur relié à un système audiovisuel déclenche une « expérience interactive » personnalisable par chacun des établissements de nuit proposant ce service. Ce capteur est en réalité une puce RFID équipée d’un capteur de géolocalisation, placée sur la collerette de la bouteille, et qui communique avec l’établissement. Préalablement équipé par Mumm, ce dernier peut contrôler l’environnement lumineux et personnaliser l’expérience qu’il souhaite offrir à ses clients. Dans le même esprit, Rémy Martin lance une « bouteille connectée » pour lutter contre les contrefaçons…

À travers ces quelques exemples, démonstration est, aujourd’hui, faite que les nouvelles technologies ouvrent aux entreprises des horizons immenses, multiples et très riches. Avec pour dénominateur commun ce fameux monde connecté. (À suivre…)

via GIPHY