JuiceBot : jus frais contre l’industrie du faux jus frais

178

JuiceBot, ce n’est pas le dernier virus qui pirate tes selfies nu.e de Snapchat, c’est le nom d’un distributeur de jus très frais, tout automatique et certainement délicieux. Sur le principe des circuits courts, on t’explique tout. La supercherie marketing du « Jus Frais Premium » on te l’explique aussi.

Facebook de Juice Bot
Facebook de Juice Bot

Il est frais mon jus.

Bon je t’avoue que dit comme ça c’est un peu limite. Au fait, depuis quand ce jus « frais » est-il dans la bouteille : deux jours, cinq jours, ou quarante-cinq jours. Bien entendu, dans les bars à jus, on te sert généralement un jus fraîchement pressé ou mixé, devant toi. Mais pas toujours. D’après JuiceBot, leur circuit est le plus court. Il se passe maximum 24 a 48 heures entre le pressage et la distribution du jus, qui est rechargé toutes les 24 heures dans les machines. La machine tient le jus au frais et sous vide, pour éviter toute oxydation (et je t’assure que pour avoir déjà goûté une fois un jus tourné, s’il pétille : CRACHE LE !)

via GIPHY

Comparaison

Toujours selon JuiceBot, le trajet Ferme-Transformation-Vente est souvent rallongé.

Bars à Jus : Récolte Bio + Pressage + Transport et Emballage : 5 jours
Suja/Blueprint : 
Récolte Bio + Pressage + Pasteurisation + Transport et Emballage : 45 jours
Tropicana/Simply Orange : 
Récolte pas bio + Pasteurisation + Stockage + Emballage : +365 jours !

Source : JuiceBot
Source : JuiceBot

Frais pressé ? Vraiment

Petite parenthèse en écrivant cet article, j’ai découvert l’inavouable : Les grandes marques de jus pressé que tout le monde connaît ont un circuit de plus d’un an entre la récolte et la vente ! Selon Alissa Hamilton, auteure du livre « Pressé : Tout ce que vous ne savez pas sur le jus d’Orange » et chercheuse diplômée de Yale et travaillant actuellement pour le département de commerce et d’agriculture de Toronto, le jus d’orange « Frais » de Tropicana, Minute Maid et Simply Orange n’est que pur… commerce.

via GIPHY

Arguments marketing

Dans les pubs, on dit « C’est simple, naturel et pur » : Des oranges poussent en Floride, on les presse et on vous vend du jus. OK, dans les faits c’est vrai, on se doute que ce n’est pas autrement qu’on fait du jus d’orange. Mais on ne dit pas certaines choses, et là, c’est ta claque du jour (fournie par Just Good Food). En 1980, Tropicana lance le slogan « Sans jus concentré » pour expliquer que son produit est plus proche du pressage que le jus à base de concentré. C’est faux. Il est seulement pasteurisé au lieu de déshydraté, mais les durées de conservation sont égales, c’est juste le prix qui s’envole (et toi qui te fait plumer, en plus)

Pour l’entreprise, le coût de fabrication est pile identique. Le coût de stockage un peu plus élevé, et la conservation aussi : Il faut désoxygéner le jus après pasteurisation pour qu’il se conserve en cuve pendant plus d’un an. lui enlevant également tout son gout !

via GIPHY

Parfumeur de Jus de Fruit

Un métier utile à l’industrie, toujours selon Alissa Hamilton, est de faire appel à des parfumeurs de jus, comme Dior fait appel à des parfumeurs pour créer des parfums. Pour avoir un jus qui sent le frais, on prend de l’essence d’orange concentrée et de l’huile d’orange concentrée et constitue un « parfum » propre à la marque : Minute Maid, Tropicana, etc. Avec aussi une présence d’Ethyl Butyrate, le composé naturel libéré par l’orange quand on la presse : l’odeur d’orange fraîche. Le tout est mélangé, empaqueté et vendu 3 ou 4 fois le prix d’un jus frais. Pas d’info sur l’étiquette : légalement c’est le même composé que l’orange naturelle, chipotée, mais identique, la loi ne l’impose pas !

via GIPHY

Presse tes oranges, ou fait appel à JuiceBot

Nous voilà revenus à JuiceBot, la société installe des distributeurs et s’assure de les remplir en jus frais, provenant de fruits bios pressés pas loin. La machine connectée fait état de son fonctionnement au patron. Pour 5 dollars (4€) tu obtiens un gobelet de 30 cl de jus et pour 10 dollars, tu peux avoir le double dans une bouteille en verre. La machine se nettoie toute seule pour un délicieux jus composé à ton gout. Sinon, un filet d’oranges bio c’est 2 € le kilo environ, et ça fait un bon jus, comme quoi les choses simples…

Juicebot, le site et le Facebook

Source Alissa Hamilton : Civil Eats http://civileats.com/2009/05/06/freshly-squeezed-the-truth-about-orange-juice-in-boxes/ et http://www.newyorker.com/books/page-turner/ask-an-academic-orange-juice