FleetFarming : Un commando de jardiniers à vélo

71
FleetFarming jardinier en ville en vélo

C‘est une idée dingue que j’ai découverte sur net anglophone et comme je suis gentille, que je t’aime et que j’aime la planète aussi j’ai décidé de te parler de FleetFarming : il y’a des jardins, des jardiniers et des vélos : C’est parti !

via GIPHY

C’est quoi FleetFarming ?

Et bien, pour te résumer le concept, c’est une idée qui consiste à demander à des gens, en ville, un petit carré de terre ou un jardin complet à prêter pendant 2 ans afin d’y faire pousser des légumes et des fruits. Le propriétaire touche une rétribution en légumes et le reste est vendu par FleetFarming sur les marchés locaux. L’entretien se fait par l’équipe et ils font le tour de leurs jardins à vélo. Le propriétaire doit juste fournir le terrain et 1 dollar d’eau par mois pour l’irrigation, et peut à loisir jouer entretenir le jardin.

unnamed-5-3

Qui que quoi ou comment…On signe où ?

Et bien, pour le moment FleetFarming est actif à Orlando, USA, my dear. Et dans quelques autres pays aussi. L’idée est née d’un brainstorming citoyen en 2013 (tempête dans ton cerveau). Quelques mois après, Rife et les autres membres de IDEAS For Us a préparé le concept. Ils ont commencé en 2014 avec 5 mini-fermes pilotes. L’été de la même année, ils ont reçu un prix de 5000 dollars pour se développer. Heater Grove, Chris Castro et John Rife ont cofondé le concept. L’équipe compte déja 10 personnes.

Si tu veux développer ça de ton côté, pas de soucis : la franchise coûte 75 dollars, avec une heure de discussion avec l’équipe pour t’aider à préparer ton projet ici en Belgique, et tous les documents, supports de communication et infos légales à ta disposition. Ils sont partageurs, et veulent que leur idée pousse sans trop d’engrais.

Deux problèmes

Le constat qu’ils ont fait c’est qu’à l’heure actuelle, beaucoup de fruits et légumes parcourent des dizaines de kilomètres avant d’arriver chez toi, aux USA c’est 2400 km en moyenne. Chaque calorie de fruits et légume coûte 10 calories de pétrole pour produire le légume ou le fruit. La seconde partie du problème, c’est qu’il y’a 40 millions d’ares de jardin non cultivés aux USA, qui absorbent des tonnes de fertilisant pour le gazon et de pesticide (coucou Monsanto) contre les mauvaises herbes, et utilise plus de 3 milliards de litres d’essence pour tondre. Tout ça d’après les calculs de FleetFarming, moi je ne suis pas statisticienne, c’est peut-être plus ou peut-être moins.

Affiche de FleetFarming
Affiche de FleetFarming

Une solution

La solution, je te l’ai dit plus haut, c’est d’aller voir des gens comme toi et moi, de leur demander s’ils veulent bien : prêter un morceau de jardin, un terrain ou répertorier un arbre fruitier qu’on peut récolter. Le tout dans les 12 kilomètres autour de l’initiative.

Pas de pétrole, puisque l’équipe se balade à vélo, emportant le matériel et les graines à bicyclette. Ils utilisent le moins possible d’engrais et de pesticides, préférant les solutions naturelles et manuelles.

via GIPHY

Quels fruits et légumes

La liste est impressionnante, elle varie en fonction de la saison, mais on trouve des salades, des choux, des racines, des herbes et des fleurs, des espèces locales, des fruits (avocats, bananes, citron, mangue, etc.)

via GIPHY

Pour en savoir plus et lancer ta révolution, va voir ici

FleetFarming