Ça y est la période des fêtes arrive à grands pas. Il faut penser à planifier les repas de famille. On fait le 24 décembre avec tes parents et le 25 avec les miens ou l’inverse ? Cette année c’est chez Tata Claudette ou chez Tonton Marcel ? Bref, Noël approche…Du coup une petite réflexion : est-on vraiment obligé de prévoir un grand repas de famille à cette occasion ?

Qui a dit qu’on ne pouvait pas se contenter d’une pizza devant Flixnet à Noël ? Pourquoi attendre la fin de l’année pour organiser un somptueux repas, comme ceux généralement réservés à cette période ? À plus forte raison quand on n’est pas croyant, et que Noël est juste une fête commerciale pour nous. Noël doit-il forcément être un moment où on fait ripaille ?

via GIPHY

Est-ce juste culturel (à défaut d’être religieux) ? Pas de tentative de réponse ici, juste un questionnement. Mais à voir l’air sidéré des gens quand on dit qu’on passe le Nouvel An devant la télé, il ne faut pas demander si on leur disait qu’à Noël c’est pâtes au fromage en regardant Maman j’ai raté l’avion !

via GIPHY

Et pourquoi pas d’ailleurs ? Pourquoi serait-on obligé de faire l’impasse sur le spaghetti du dimanche soir juste parce que Noël tombe ce jour-là ? Et à l’inverse, si on a envie de manger des toasts au foie gras, un chapon ou des huitres et une bûche le 26 novembre sans raison particulière, pourquoi ne le ferait-on pas ?

via GIPHY

Pourquoi réserver ce type de festin à une date précise ? D’où vient cette pression socialo-commerciale sur nos assiettes durant les fêtes ? Chez Just Good Food, on n’y réfléchit pas à deux fois évidemment. On profite de toutes les occasions pour faire bonne chère. Mais n’empêche, on s’interrog

PARTAGER
Article précédentUn GPS dans ton supermarché avec la lumière du plafond
Prochain articleTous à table : Notre auberge espagnole à Mons, c’était bien !
Emily Yousfi
Jusqu’en janvier 2016, la cuisine pour Emily c’était le lieu de stockage des sodas et biscuits. Un territoire un peu hostile aussi, parce que franchement faire à manger ça la gonflait…Et puis un jour, un déclic. L’envie d’apprendre à cuisiner était là. Elle est alors passée par une période d’obsession totale, ne pensant qu’à la bouffe, même dans son sommeil. Elle a fini par reprendre le contrôle de ses pensées (et c’était pas gagné !) et depuis elle tente de dresser son combi four/micro-ondes et d’étendre sa connaissance des produits. Elle a poussé le vice jusqu’à plonger sa langue dans du poivre de Cayenne pour voir quel goût ça a !